Actualités

06 oct 2016

Peut-on construire sa maison en bois n’importe où ?

rtaImage

Si la maison en bois a le vent en poupe, il reste encore quelques clichés à élaguer. Parmi ceux-ci, on trouve fréquemment un questionnement infondé : peut-on construire n’importe où une maison en bois. N’y allons pas par quatre chemins : la réponse est oui, avec de minces nuances.

La France est pays normé et rationnel. La construction de maison n’échappe pas à la règle et obéit au sacro-saint Plan Local d’Urbanisme (PLU)  (ou Plan d’Occupation des Sols (POS) pour les communes qui en ont encore un) qui fixe les règles d’utilisation du sol sur le territoire d’une commune.

Or, le PLU s’attache avant tout à l’aspect des constructions, afin qu’elles s’intègrent à l’environnement urbain en respectant le patrimoine déjà existant.

La hauteur des bâtiments, la forme des constructions et leur intégration, voilà qui est du ressort du PLU.

Pas la nature du matériau utilisé.

En fait, c’est même plus exclusif que cela : depuis 1984, un permis de construire ne peut être, en aucun cas, refusé au motif de la nature du matériau.

Une commune qui interdirait l’usage du bois dans une construction serait donc dans lillégalité.

Voilà l’affaire pliée ? Pas tout à fait, car tout n’est évidemment pas autorisé.

Des difficultés existent bien pour l’obtention de certains permis de construire. Mais elles sont rarement liées à la structure de la maison. Evidemment, nous vous déconseillons tout de même la construction chalet, surtout si vous habitez le Grand Ouest. La montagne ça vous gagne, mais pas le chalet en Bretagne. Question d’esthétique.

En revanche, plus nombreux sont les problèmes liés à l’utilisation du bois en revêtement extérieur. L’aspect des bardages bois, surtout les coloris et les angles saillants des maisons en bois massif sont les principaux objets des frictions administratives avec les communes ou les services de l’état.

Bon point pour les communes tout de même : si la municipalité est favorable à votre projet, elle peut vous octroyer un permis de construire contre l’avis de la préfecture qui rend toujours un avis sur la légalité d’une construction.

La meilleure solution pour éviter de vous lancer dans un marathon administratif, c’est encore de mettre tous les atouts de votre côté en présentant par exemple votre projet au Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) pour conseil avant de déposer la demande de permis. Ou alors, en allant montrer vos plans en mairie afin qu’il ne se fasse pas une montagne de votre prétendu chalet…

 

 

 

 

Colonne latérale Maisons de l'Avenir