Actualités

15 août 2016

6 questions sur la maison en bois

_IGP3486

Voici un petit florilège de questions que les particuliers se posent souvent à propos de la maison en bois.

Durée de vie d’une maison en bois ?

Voilà une question que l’on pose souvent aux constructeurs. Parce qu’il semble toujours moins solide que le béton ou la brique, le bois n’a pas l’image d’un matériau durable. Et pourtant… la maison en bois, si elle est bien entretenue, peut facilement résister au temps. Les maisons en bois massif en particulier ont une longévité incroyable. Mais pour cela, il faut respecter les techniques de base : le bois ne doit pas être en contact direct avec la dalle ; il ne doit pas y avoir d’infiltration d’eau dans les structures ; les habillages des menuiseries et les couvre-joints doivent être correctement posés.

Faut-il traiter le bois ?

C’est l’interrogation majeure de tout ceux qui n’ont pas envie de jouer du pinceau trop souvent. La réponse est simple : cela dépend des essences de bois utilisées. Seuls les bois imputrescibles peuvent se passer d’un traitement chimique. Le mélèze, le red cedar ou le douglas sont des bois imputrescibles. Les autres essences (pin, sapin, épicéa) doivent subir un traitement pour garantir un usage extérieur.

Peut-on conserver l’aspect naturel du bois ?

C’est possible. Pour cela, il faut appliquée une lasure (un produit pour matériaux poreux non générateur de film) tous les deux ans en moyenne. Concernant les panneaux ou bardages en bois peints, une réfection de la peinture tous les cinq à sept ans suffit. Pour ceux qui ne veulent aucun entretien et qui acceptent de voir la couleur de leur revêtement extérieur évoluer dans le temps, il peuvent choisir des essences naturellement durables qui ne nécessitent pas de traitement complémentaire (ex. le red cedar ou le mélèze) ou des bois traités par autoclave (le traitement par autoclave, qui donne souvent un aspect initial verdâtre au bois, consiste à injecter un produit fongicide et insecticide sous pression afin qu’il imprègne totalement les fibres du bois).

Faut-il une ventilation particulière ?

Il n’y a pas besoin d’une ventilation particulière. Pas plus en tout cas que pour une maison traditionnelle. Mais pas moins non plus puisque les performances de la maison bois sont dues en grande partie à l’étanchéité à l’air. Celui-ci doit donc être renouvelé régulièrement. La ventilation double flux limite les pertes par des échangeurs de chaleurs.

Est-on limité dans l’architecture d’une maison bois ?

Absolument pas. C’est même l’inverse : le bois permet toutes les audaces architecturales et de réaliser des intérieurs accueillant, de jouer avec des volumes. Pour résumer le bois est modulable et flexible. Il permet de privilégier l’espace en optimisant le confort. De plus, sur le bois, tous les types de revêtements sont adaptables, ouvrant ainsi à l’infini la palette des coloris.

Peut-on construire en bois dans les régions humide (la question bretonne)

Ce n’est pas un problème. L’humidité ambiante et la pluie n’ont que peu d’effet sur un bois traité avec des produits hydrofuges (qui résiste à l’humidité). Ceux-ci vont garantir son imperméabilité. Lors de la construction, les murs de soutien et les plateformes sont isolés par un revêtement bitumineux qui protège des remontées de l’humidité ambiante.

Colonne latérale Maisons de l'Avenir