Actualités

19 mai 2017

Dans les minkas japonaises

japanese-2046171_1920

Bois, papier, bambou et paille, voici les matériaux les plus utilisés au Japon pour les maisons traditionnelles, communément appelées les minkas.

 Murs de papiers, tatamis et ossature bois, voilà tout ce qui fait le charme des anciennes maisons traditionnelles japonaises, répandues dans le pays dès l’ère Edo. Zen à souhait, ces maisons se sont répandues dans le pays du soleil levant dès le 16e siècle : elles abritaient bien souvent des familles paysannes, marchandes, ou des artisans. Aujourd’hui, elles ont tendance à s’occidentaliser mais gardent leur charme indéniable… Et une résistance parasismique appréciable dans un pays particulièrement secoué par mère nature.

Les maisons de bois brûlé, une technique ancestrale qui revient à la mode

Ne vous étonnez pas si vous rencontrez un architecte qui semble brûler la façade de sa maison : la technique du Shou sugi ban, littéralement technique du bois brûlé, permet de protéger le bois des insectes et à l’humidité. Chaque planche, est en partie carbonisée sur environ 3 à 5mm d’épaisseur : une fois l’opération réalisée, les planches servent de bardage aux parties inférieures des maisons. Ce qui donne un rendu très esthétique, sans aucun produit chimique, et qui dure dans le temps !

 Palais et temples de bois, une architecture remarquable

De nombreux palais et temples témoignent de l’ingéniosité des architectes et des charpentiers japonais : la plus vieille construction en bois du monde se trouve d’ailleurs dans la région du Kansai, à Nara : c’est le temple bouddhiste Horyu-ji, inscrit depuis 1993 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Construit en 607 après JC, il a bien sûr connu les affres de quelques incendies et tremblements de terre : la construction actuelle, que l’on peut visiter daterait du 8e siècle et fait la part belle aux bâtiments en bois.

Colonne latérale Maisons de l'Avenir